Le fait génocidaire à travers le cas du génocide des Arméniens

Le fait génocidaire à travers le cas du génocide des Arméniens.

Approche d’histoire comparée considérant « l’universalité des victimes comme des bourreaux et la singularité des événements historiques » (Claude Lanzmann), soulignant l’inextricable lien entre négationnisme et génocide.
Cet atelier proposé à un groupe d’une classe constitue un approfondissement éclairant le thème des civils dans un contexte de guerre totale et celui du génocide des Arméniens qui sont au programme d’histoire des classes de troisième et de première.

Le propos est également adéquat pour illustrer la réflexion de classes de français ou de philosophie sur les thématiques de l’altérité, de la violence ou de la vie en société.

L’intervention est essentiellement orale, constituée d’un témoignage personnel, d’une rapide présentation de qui sont les Arméniens et où ils vivent, le pourquoi du génocide (racialisme et panturquisme), son comment (les 3 phases du génocide), et son après (le négationnisme, la diaspora et la petite République d’Arménie). Les échanges suscités sont toujours féconds.

Support : panneaux d’exposition.

 

Download (PDF, 4.72MB)

Renseignements et réservation : 04.72.05.14.15 / 04.72.15.13.13 (standard)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CNMA