Librairie

 

L’équipe du CNMA vous propose une sélection d’ouvrages sur les thématiques de la mémoire arménienne, disponibles à l’achat à la bibliothèque du Centre.

 

 

9782021139402

Mémorial du génocide des Arméniens

Raymond Kévorkian, Yves Ternon

2014 – 512 pages – 30.00 €

Livre de référence organisé chronologiquement, le Mémorial a pour ambition de refléter la totalité des connaissances actuelles sur le génocide des Arméniens. Accompagné de photos, de cartes et de tableaux, il rassemble des centaines de textes de l’époque, officiels ou privés, accompagnés des commentaires et analyses des auteurs.



 

9782809816211-G-210x331

Le crime de silence, Le génocide des Arméniens

Gérard Chaliand 

2015 – 341 pages – 21€

Il y a cent ans, d’avril 1915 à juillet 1916, était perpétré le génocide du peuple arménien par les nationalistes jeunes-turcs. L’Empire ottoman, alors en guerre au côté des puissances centrales, les accuse d’avoir pactisé avec les Russes et de se rebeller contre Constantinople, trouvant là l’occasion de régler la « question arménienne ». Sous prétexte de déplacer la population arménienne loin du front, commencent des opérations de déportation et de massacre systématique : plus d’un million d’êtres exterminés, les deux tiers des Arméniens de Turquie.



 

téléchargement

 

Les Arméniens 1917-1939 : La quête d’un refuge

Raymond Kevorkian, Lévon Nordiguian, Vahé Tachjian

2007 – 319 pages – 30€

L’intégration des Arméniens dans leurs patries d’adoption, dans nombre de pays du Proche-Orient, est passée par plusieurs étapes, parfois douloureuses, dont la mémoire tend à s’estomper. Avant de devenir citoyens libanais ou syriens, ils ont vécu l’expérience de tout réfugié déraciné, en quête d’un pays d’accueil, où ils pourraient trouver l’environnement
propice à une reconstruction. Ce livre tente de faire revivre cette expérience à travers une douzaine d’articles basés sur des documents d’archives inédits, illustré par une abondante documentation photographique.


téléchargement (1)

 

Le livre arménien de la Renaissance aux Lumières : une culture en diaspora

Mikaël Nichanian, Yann Sordet

2012 – 192 pages – 32€

Caractérisée par une abondante et brillante production manuscrite dont les premiers témoins datent du VIe siècle, la culture arménienne adopte les techniques typographiques au début du XVIe siècle. Le premier livre imprimé en arménien paraît à Venise en 1512… L’histoire du livre arménien, est ici illustrée par un ensemble méconnu d’ouvrages rares et précieux. Ils rendent compte de la géographie de l’imprimerie arménienne des premiers siècles (Venise, Rome, Constantinople, Amsterdam, Marseille, Madras…), et des conditions dans lesquelles ont œuvré les hommes du livre de la diaspora arménienne : imprimeurs, éditeurs, mécènes, graveurs, relieurs… Une attention particulière est portée aux répertoires privilégiés de l’édition ancienne, à ses particularités ornementales, aux reliures. Expression des rapports ambigus entre langue classique et langue vernaculaire, vecteur identitaire d’une nation sans État dont les membres sillonnent le monde, le livre arménien apporte un éclairage fascinant sur les échanges, intellectuels, techniques, politiques et commerciaux entre l’Europe et l’Orient de la Renaissance aux Lumières.



téléchargement (2)

 

Le cantique des larmes, Arménie, 1915 : paroles de rescapés du génocide

Annick Asso

2005 – 304 pages – 21€

En 1915, le gouvernement Jeune-Turc décidait d’exterminer les Arméniens. Ce fut le premier des génocides du XXe siècle. Quatre-vingt-dix ans après l’horreur, des voix sortent des décombres. Ce sont les rescapés qui parlent. Ils racontent les déportations, les camps, les massacres. Ils disent l’indicible. Arrachés à l’anéantissement, leurs récits de survivants sont des paroles de vie. Il faut les lire. Pour que soit reconnu le crime et que soit connue la vérité.


téléchargement (3)

 

Les restes de l’épée : Les arméniens cachés et islamisés de Turquie

Laurence Ritter, Max Sivaslian

2012 – 250 pages – 25€

Près d’un siècle après le génocide de 1915 qui a décimé la population arménienne de l’Empire ottoman, Laurence Ritter (journaliste et sociologue) et Max Sivaslian (photographe) ont sillonné les territoires ancestraux des Arméniens, à l’est de la Turquie, à la recherche des descendants des survivants. Ce livre comble un vide. Le thème des survivants restés sur place a été très peu exploré. Qui sont-ils ? Essentiellement des femmes et de jeunes enfants, enlevés et convertis de force à l’islam, ainsi que de rares Arméniens qui ont bénéficié de protections, «les restes de l’épée» selon la terrible expression turque.


téléchargement (4)

 

Le livre de ma grand-mère, suivi de Les fontaines de Havav

Fethiyé Cetin

2013 – 142 pages – 18€

Fruit de longs et multiples entretiens familiaux, ce témoignage tout en tendresse et douleur contenue a marqué une rupture dans la mémoire collective turque face à la version officielle imposée depuis tant d’années : il est passé de main en main, a été réédité une dizaine de fois, traduit dans de nombreuses langues.


téléchargement (6)

 

La Turquie et le fantôme arménien : Sur les traces du génocide

Laure Marchand, Guillaume Perrier – Préface de Taner Akçam

2013 – 256 pages – 23€

Le premier génocide du XXe siècle reste impuni. La Turquie continue de nier les massacres de centaines de milliers d’Arméniens ottomans pendant la Première Guerre mondiale et s’efforce d’effacer les traces de ce crime. Présents en Turquie depuis bientôt une décennie, deux journalistes, Laure Marchand et Guillaume Perrier, ont mené une vaste enquête de terrain – une première – sur la mémoire du génocide dans la Turquie d’aujourd’hui.


téléchargement (7)

 

Comprendre le génocide des arméniens, 1915 à nos jours

Hamit Bozarslan, Raymond Kévorkian, Vincent Duclert

2015 – 496 pages – 21,50€

Longtemps contesté, le génocide des Arméniens ne fait plus aucun doute, mais souffre d’une méconnaissance publique qui découle d’un long oubli de l’événement durant une bonne partie du XXe siècle, du négationnisme de l’État turc qui répand le soupçon sur le travail des historiens et du désintérêt de l’opinion publique européenne trop éloignée. Pour le comprendre, accéder à sa connaissance précise et saisir ses enjeux actuels, trois historiens ont uni leur force pour concevoir, cent ans après, la première synthèse de grande ampleur sur le premier génocide du XXe siècle.


téléchargement (8)

 

Arméniens : Le temps de la délivrance

Gaïdz Minassian, Vincent Duclert

2015 – 527 pages – 25€

Jamais le débat autour du génocide des Arméniens de 1915 n’a été aussi acerbe que ces dernières années, entre partisans des lois mémorielles et défenseurs d’une histoire libre. Pourquoi cette question suscite tant de passions ? Véritable plongée dans l’histoire et la culture arméniennes, cet ouvrage se propose d’explorer les spécificités de ce peuple qui semble prisonnier d’une logique de domination.


51Q7WZJ7HHL._SY344_BO1,204,203,200_

 

Le siècle des génocides : Violences, massacres et processus génocidaires de l’Arménie au Rwanda

 Bernard Bruneteau

2004 – 253 pages – 28€

Créé en 1944 sous le coup de la barbarie nazie par le juriste Raphael Lemkin, le mot de génocide entend désigner un type de crime de masse où un groupe est détruit intentionnellement, en totalité ou en partie, au nom de critères nationaux, ethniques, raciaux ou religieux. C’est en rendant compte de la fécondité de cette catégorie d’analyse que cet ouvrage met en perspective les entreprises exterminatrices les plus marquantes du XXe siècle.


téléchargement (5)

 

 

Chrétiens d’orient : ombres et lumières

Pascal Maguesyan

2013 – 318 pages – 25€

Journaliste chevronné en radio, presse écrite et multimédia, Pascal Maguesyan, également auteur-photographe, sillonne l’Orient chrétien depuis plus de dix ans, de l’Égypte jusqu’en Iran en passant par la Syrie, le Liban, Israël, la Palestine, la Turquie, l’Irak et l’Arménie. Il en a exploré les dynamiques communautaires, sociales, politiques et religieuses, mais aussi les splendeurs architecturales, invisibles des profanes et parfois des spécialistes, tant certains sites sont isolés, oubliés ou pillés. Ces trésors spirituels et architecturaux sont presque partout menacés. De la lumière, ils basculent progressivement dans l’ombre. Les chrétiens d’Orient sont des résistants. Les carnets de voyages de Pascal Maguesyan nous révèlent une mosaïque de portraits et de sites exceptionnels.



 

Et pour un public jeunesse, à partir de 11 ans :

téléchargement (9)

 

Intégrale de la bande-dessinée Le Cahier à fleurs

 Laurent Galandon, Viviane Nicaise – avec la contribution de Jérôme Maffre

2012 – 104 pages – 25€

Paris 1983, un jeune violoniste est sous les feux de la rampe. Il s’appelle Hasmet Erden, il est Turc, fils de berger. En public il exécute une partition inconnue « Hommage à mon Grand-père ». Celle-ci est consignée sur un antique Cahier à Fleurs. En entendant la mélodie, un vieillard est pris de malaise. Le lendemain, dans sa chambre d’hôpital, l’homme explique au musicien l’histoire de ce cahier : il avait appartenu à sa soeur, avant avril 1915, avant que sa famille et toutes les familles arméniennes de sa ville aient été déportées vers le néant. Hasmet apprend alors une histoire que l’histoire officielle de son pays récuse, celle de l’élimination systématique d’un peuple…