L’Odyssée de Serpouhi Hovaghian, chronique d’une rescapée du génocide des Arméniens, exposition au CNMA, jusqu’au 13 juillet

Exposition visible du lundi au samedi au CNMA

entrée libre, renseignements 04 72 05 13 13 / contact@cnma.fr

Lundi : 10h30-15h30

Mardi : 9h30-18h00

Mercredi :  9h30-18h00

Jeudi : 9h30-18h00

Vendredi : 9h30-18h00

Samedi : 9h30-15h30

 

Nous avons eu l’immense privilège de recevoir la comédienne et auteure Anny Romand le 8 mars, journée internationale des femmes, pour le vernissage d’une exposition créée grâce à une femme exceptionnelle : Serpouhi Hovaghian, la grand’mère d’Anny Romand. Elle survécut au génocide au terme d’une véritable odyssée dans un pays dévasté par l’anéantissement, programmé et méticuleusement organisé par le gouvernement jeune-turc, des sujets arméniens de l’Empire ottoman. Survivante de ce “massacre des innocents” qui ouvre l’ère des génocides du 20e siècle, Serpouhi consigna souvent au jour le jour dans un carnet qu’elle gardait sur elle les détails de son périple, ce dont elle fut témoin, ainsi que les  réflexions que sa destinée lui inspirait, confiées à ce carnet des jours sombres, qui est un document unique en son genre.

Ce carnet, écrit en arménien, français et grec, découvert par Anny Romand en 2014, retrace sur le vif la déportation de l’été 1915 vers la mort, les évasions puis l’attente, cachée, d’un moyen de quitter ce monde arménien ottoman, qui n’est plus après 1915. Confrontant les terribles descriptions de ce carnet retrouvé et le souvenir des paroles et des conversations, non moins terribles, qu’elle avait eu avec cette grand’mère qui l’a élevée, Anny Romand publia en 2015 Ma grand’mère d’Arménie (éd. Michel de Maule). Récit d’une transmission de l’infini malheur des Arméniens à travers l’œil de la gamine qu’elle fut et de la femme qu’elle est.

Cette exposition cherche à replacer cette histoire singulière de survie et de transmission dans la grande Histoire, en illustrant le contexte et retraçant les étapes qui devaient conduire Serpouhi vers le salut puis une nouvelle vie en France. Une trajectoire de survivante du génocide, à laquelle nous voulions rendre hommage.

Reportage sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Vernissage JEUDI 8 MARS à 19H00 en présence d’Anny Romand, suivi de projections-débats autour d’un film sur la famille de Françoise Romand (cinéaste) et du film C’est beau de porter le vent d’Alexandre Tylski

Le livre Ma Grand’Mère d’Arménie d’Anny Romand est disponible à vente à la bibliothèque du CNMA.

 

CNMA