Se reconstruire en exil. L’arrivée des refugiés arméniens en France

oddo

Exposition du 20 octobre 2013 au 7 février 2014

Ouverte les mercredi, vendredi et samedi

De 10h à 12h et de 14h à 17h

L’arrivée massive de réfugiés arméniens en France, dès 1922, est étroitement liée aux bouleversements géopolitiques survenus au Proche-Orient. Environ 58 000 réfugiés arméniens débarquent dans le port de Marseille entre 1923 et 1927 : beaucoup vont momentanément transiter par des camps de fortune, comme le camp Oddo, le camp Victor-Hugo ou encore le camp de Sainte-Marthe. Certains vont s’établir à Marseille, dans les quartiers périphériques, comme Saint-Julien ou Saint-Jérôme ou dans la proche région, à Martigues, Gardanne, Uzès, Avignon. D’autres vont remonter la vallée du Rhône pour s’établir à Bollène, Aubenas, Privas, Valence, Romans, Grenoble, et autour de Lyon, à Vienne, Pont-de-Chéruy, Villeurbanne et bien sûr Décines. La région parisienne capte aussi une partie de ces réfugiés qui s’établissent dans la petite couronne, à Alfortville, Gentilly, Issy-les-Moulineaux, Arnouville et, dans la ville intra muros, dans les quartiers de Belleville et de Cadet.

Le Centre National de la Mémoire Arménienne a choisi,  de présenter l’histoire de ces hommes et de ces femmes, qui sont venus trouver refuge en France à travers une exposition qui leur est consacrée : « Se reconstruire en exil » ; l’arrivée des réfugiés arméniens en France ». Conçue par le Centre du Patrimoine Arménien de Valence, en partenariat avec la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, sous l’autorité scientifique de Raymond Kévorkian.

Il nous est apparu évident d’initier notre saison sur l’élément fondateur de la présence en France des Arméniens, à savoir l’une des conséquences du génocide, la création d’une diaspora et l’installation dans des pays d’accueil des réfugiés survivants.

Nous avons bâti, à partir de cette thématique, une offre de médiation culturelle destinée à tous les publics mais en particulier aux collégiens et aux lycéens. Dans le cadre de l’enseignement des crimes contre l’humanité, au lycée, du génocide arménien, dans le programme d’histoire des classes de 3ème, au collège, nous proposons des visites guidées de cette exposition ainsi que des ateliers pédagogiques déclinés sur ces thèmes.

Nous vous attendons nombreux pour découvrir ou vous replonger dans ces origines de la présence arménienne en France.

ENTRÉE LIBRE
Visite guidée 5€ par personne / Gratuite pour les adhérents

Exposition co-produite en 2007 par le Centre du Patrimoine Arménien (Valence) et la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, en partenariat avec la Bibliothèque Nubar

Commissaire : Raymond H. Kevorkian

Iconographie et production : Laurence Vezirian

Exécution graphique : Marion Moustacas

CNMA