Un historien turc révèle des preuves importantes liées au Génocide des arméniens

Publiée dans Journal of Génocide Research, l’analyse de la signature menée par un historien turc reconnu révèle que les lettres faisant référence à la décision d’éradiquer tous les Arméniens proviennent de Bahaettin Shakir, l’un des commanditaires du génocide arménien.


Le professeur Taner Akçam de l’Université Clark, dans le Massachusetts, qui étudie le génocide depuis des décennies, indique que les signatures des deux lettres, datées des 3 mars et 7 avril 1915, correspondent à celles de Shakir sur d’autres documents.

Le professeur Akçam a également révélé avoir découvert de nouveaux documents dans les archives ottomanes montrant que les premières décisions d’exterminer des groupes d’Arméniens avaient été prises par une branche locale de l’organisation paramilitaire Teşkilât-ı Mahsus (organisation spéciale) dirigée par les gouverneurs de province le 1er décembre 1914.

Le génocide arménien, l’extermination systématique de 1,5 million d’Arméniens par le gouvernement ottoman, a été perpétré pendant et après la Première Guerre mondiale. Bien qu’aujourd’hui, la Turquie admet que de nombreux Arméniens vivant dans l’empire ottoman aient été tués lors d’affrontements avec les forces ottomanes pendant la guerre, il continue de contester le chiffre de 1,5 million, ils nient que les meurtres aient été systématiquement orchestrés et réfutent la qualification de génocide. Ce déni – qui se poursuit malgré les demandes des Nations unies dans une récente lettre d’allégations conjointes, que le gouvernement turc enquête sur le traitement réservé aux Arméniens de 1915 à 1923 afin qu’il établisse la vérité et qu’il alloue des réparations – repose sur des archives disparates.

La première lettre étudiée par le professeur Akçam indique que le Comité de l’Union et du progrès (CUP) “a décidé d’anéantir tous les Arméniens vivant en Turquie, de ne pas en laisser un seul et a donné au gouvernement une large autorité à cet égard. « .La deuxième lettre réitère ce message. Auparavant, l’authenticité des lettres était mise en doute, mais selon le professeur Akçam, la comparaison des signatures indique qu’elles ont été créées par Shakir qui, en tant que chef de l’Organisation spéciale paramilitaire, a aidé à planifier et à mener à bien le génocide.

“Ces lettres indiquent qu’une décision consciente avait été prise d’annihiler la population arménienne de l’empire et qu’elle avait été prise avant le 3 mars 1915”, déclare le professeur Akçam. “En outre, d’autres décisions connexes ont précédé cette dernière, comme le montre une série de documents découverts aux Archives ottomanes ».

Ces documents suggèrent que les premières décisions d’éliminer des groupes d’Arméniens n’ont pas été prises par le Comité central du CUP et / ou par le gouvernement central, mais par les gouverneurs des provinces de Van et de Bitlis.”Dans leurs communications, tant avec Istanbul qu’avec les uns et les autres, les gouverneurs ne voyaient pas la nécessité d’utiliser un langage vague ou des euphémismes en se référant à l’annihilation des Arméniens, mais en parlaient ouvertement, offrant même un certain nombre d’idées concrètes qu’une telle extermination pourrait ou devrait revêtir “, déclare le professeur Akçam.

Les décisions politiques concernant l’élimination des Arméniens, bien que prises initialement au niveau régional, auraient fini par faire pression sur le gouvernement central à Istanbul pour qu’elles adoptent une politique globale plus radicale, conclut-il.

Cet article est la version traduite du texte dont voici le lien d’origine : https://www.eurekalert.org/pub_releases/2019-07/tfg-hus071119.php?fbclid=IwAR0itKSaqgeGgsGhUutxMf_0q5L_xYNRAfOUf7FACfGsH9Afkp3cdcwYRyQ

CNMA